JUILLET – DE LA CULTURE, UN PEU

Vous vous souvenez du 14 juin ? Non ? Moi si. Parce que c’est ce jour-là que j’ai trouvé le plan d’enfer. Afin de récolter des fonds pour Le Secours Populaire, la Fnac a organisé dans le Zénith de Dijon une énorme braderie de tout son stock. DVD, CD, livres et j’en passe à moins de cinq euros, comment vous dire que c’était l’occas parfaite. Ni une ni deux, on a sauté dans la voiture, mes parents et moi et on est allé jeter un coup d’œil. Je vous avoue que c’était pas la folie. Les stands ouvraient à 9 heures, et pourtant à 11 heures c’était comme s’il n’y avait déjà plus rien. Une boule de monde pas possible autour des caisses, et impossible de chercher comme il faut sans se faire mal aux doigts… Bref, malgré les quelques détails déplaisants, j’ai réussi à me dégoter un petit trésor que j’avais envie de vous partager, parce que ça change, que c’est de la culture, et que la culture, c’est bon partout et pour tout – slogan pas mal, au passage, le ministère devrait en prendre note.

gbuhjkbn,uhP1170226


LES FILMS


gbuhjkbn,uhP1170230

Into The Wild, Sean Penn.
Quand je l’ai vu, je n’ai pas pu me retenir de le prendre. C’était plus fort que moi. J’adore ce film, il y a des effets très bénéfiques sur moi, très purifiants. Il me rappelle à quel point je n’ai pas besoin de tout ce que j’ai déjà pour être heureuse, et qu’il faut juste que je lève la tête et que je regarde autour de moi pour voir la beauté du monde qui m’entoure. Je le conseille à tous ceux qui ne l’auraient pas encore regarder. C’est une vraie leçon de vie.

J’ai tué ma mère, Xavier Dolan.
Depuis l’année dernière, et grâce à une amie proche, j’ai découvert ce réalisateur, et j’en suis tombée amoureuse. Ce film, c’est le premier que j’ai regardé de lui, et c’est un peu le souvenir d’un début d’histoire d’amour. Bien que les thèmes qu’il abordent dans ses films ne me touchent pas directement parce que je n’ai pas vécu ces situations, ils arrivent à me prendre au cœur, et à me le serrer si fort que j’en étoufferais presque d’extase.

Le Diable s’habille en Prada, David Frankel.
Ce film, c’est ma Bible du film de fille. Celui dont je ne me lasserai jamais, celui qui me donne presque envie de vivre dans ce monde impitoyable qu’est celui de la mode. Je pourrais le regarder toute une journée que j’en resterai quand même heureuse et excitée de le remettre une nouvelle fois. La Bible des filles, je vous dis.

Gran Torino, Clint Eastwood.
J’en avais beaucoup entendu parlé, et pourtant je ne mettais jamais lancée, je n’ai jamais eu envie de le voir. J’ai pensé que c’était l’occasion, et puis c’est tout de même un classique…

Le Cercle des poètes disparus, Peter Weir.
Beaucoup vont me pendre sur la place publique si j’ose dire ce que je vais dire, mais je ne l’ai jamais vu, ou du moins pas en entier. J’ai vu le départ du professeur, une des scènes les plus cultes, ou encore le début, mais jamais tout le film en entier. Il fallait que je remédie à cette erreur de jeunesse.


LES LIVRES


gbuhjkbn,uhP1170234

Le livre de sable, Jorge Luis Borges.
A ce que j’ai compris, se sont des nouvelles, trois pour être exactes, qui exercent l’auteur à des règles d’écriture différentes… Hm, enfin je verrais bien.  » J’écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps. « 

L’ignorance, Kundera.
Ça semble être un roman qui questionne sur notre présent, sur comment le concevoir et s’il est vraiment possible de le concevoir. Ce livre m’évoquait mes cours de Philosophie, c’est peut être pour ça, que j’ai décidé de me jeter dessus.

Loin du monde, Sébastien Ayreault.
J’y est compris une fuite de la société. J’ai y vu des réponses à des questions, et une envie de m’évader d’un monde et d’un schéma de vie que je ne connais que trop bien.

Le Septième Kafana, Dumitru Crudu, Nicoleta Esinencu et Mihai Fusu.
Ce livre est un recueil de témoignages, et d’histoires vraies qui comtes la vie des femmes esclaves, de la prostitution forcée et de trafics d’êtres humains. J’avais envie, peut être même besoin de me plonger dans un livre qui me livrerait les horreurs qu’on peut faire aux femmes. Féministe sur les bords, j’avais besoin d’éclairement, et de source pour appuyer encore plus ce que je crois déjà savoir sur mes opinions propres.

La montagne de sucre, Sandrine Martin.
C’est un bout de monde, qui m’a tout de suite claqué dans l’oeil. C’est une BD sans parole, se sont simplement les dessins magnifiquement bien réalisés de l’auteur qui raconte cette histoire d’amour. J’ai eu l’impression que c’était comme un comte de la vie normale pour gens qui souhaite voir comment on vit.

Les carnets d’un new-yorkais, Peter Kuper.
C’est ma mère qui me la refilé au bout de deux heures de recherche. Ce livre/BD regroupe tout les dessins et croquis que cet auteur/dessinateur a fait de New-York. Ca montre comment il perçoit cette ville, et surtout comment il la ressent. J’ai trouvé ça plutôt sympathique.

J’espère que l’article vous a plu, j’ai voulu aborder un autre sujet qui me tient tout autant à coeur que la mode ou la beauté. Je vous retrouve mercredi prochain, mais d’ici là, santé et mille baisers.

large (5)

Publicités

4 Comments

    1. Pour le moment j’ai commencé Loin du Monde et il est pas mal, il me fait un peu penser à L’attrape Coeur, si tu connais. J’espère t’avoir donné de bonnes idées pour cet été, livres et films confondus !
      Bise, et à bientot sur le blog ❤️

      Aimé par 1 personne

Tu me laisses un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s